L'Ivresque

« La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté »

Stairway to Heaven ou Highway to Hell ?

© Marc Leroy - Unité de séparation des gaz de l'air d'Air Liquide à Sandouvlle

Mot de départ pour expliquer l’inexplicable en essayant de mettre des mots sur la naissance d’une vocation.

Chers amis,

Un très grand merci pour votre présence ce matin qui me touche beaucoup. Depuis 2009, où je débutais l’aventure Air Liquide par mon VIE au Maroc, de bien belles rencontres ont jalonné ces années. J’ai eu l’occasion au cours de ce dernier mois de prendre du temps avec plusieurs d’entre-vous pour expliquer mon cheminement et mon choix. J’aimerais revenir un bref instant sur ce parcours. Certains savent que j’ai eu plusieurs engagements en dehors d’Air Liquide, associatifs et politiques. Ces expériences ont modelé mon coeur et préparé celui-ci à la décision que j’ai prise récemment.

Depuis 2009, j’étais engagé au sein de l’association Enfance Maghreb Avenir que j’ai découverte au Maroc et qui s’occupe d’écoles publiques dans les quartiers défavorisés de Casablanca. La fondation Air Liquide m’a fait la joie de soutenir pendant 3 ans l’un des collèges de cette association. Pendant ces années, j’ai réalisé, aux côtés d’amis musulmans, que deux fois valent mieux qu’une. Alors que la tentation est grande aujourd’hui de faire des malheureux le dernier champ de bataille du combat identitaire, en hiérarchisant les pauvretés comme les nationalistes, ou en les manipulant comme les islamistes, il est plus que jamais fondamental de rappeler que face au malheur, seule la charité sait répondre avec justesse.

Entre 2011 et 2013, j’étais également bénévole au sein de l’aumônerie de la prison de la Santé. En ce lieu de misère, j’ai été profondément marqué par la soif d’écoute, de sens, de réponses de ceux qui souffrent, qui se sentent abandonnés. C’est une épreuve également partagée par les personnes de la rue ou les personnes hospitalisées qu’on peut être amené à rencontrer lors de maraudes ou de visites.

Dans la sphère politique, on bascule dans un environnement d’un autre type de violence. La volonté de puissance, les coups bas, les chausses-trapes, les invectives hargneuses et diffamantes sont choses courantes ; et pourtant, c’est l’occasion de rencontrer aussi de belles personnes d’une probité étonnante et avec un souhait profond de servir le bien commun et la France. Ainsi, dans cet univers cohabitent des idéaux et leurs contrefaçons. Méfions-nous alors qu’à trop regarder l’abîme, oubliant la montagne, nous ne tombions dedans. Impliqué dans la campagne présidentielle, les élections approchant je réalisais, bien qu’ayant vécu une expérience incroyable, que je n’avais pas encore trouvé ma terre promise. Et pourtant, comme les Hébreux, je sentais que ma traversée du désert approchait de son terme.

En grec, kairos, évoque à la fois le moment favorable et l’action de Dieu à travers ce moment précis invitant à une réponse. Le bon moment est je crois venu pour moi et avec les mots de saint Augustin je réponds à cet appel : “Bien tard je t’ai aimée, ô beauté si ancienne et si nouvelle, bien tard je t’ai aimée ! Et voici que tu étais au-dedans, et moi au-dehors et c’est là que je te cherchais, et sur la grâce de ces choses que tu as faites, pauvre disgracié, je me ruais ! Tu étais avec moi et je n’étais pas avec toi ; elles me retenaient loin de toi, ces choses qui pourtant, si elles n’existaient pas en toi, n’existeraient pas ! Tu as appelé, tu as crié et tu as brisé ma surdité ; tu as brillé, tu as resplendi et tu as dissipé ma cécité ; tu as embaumé, j’ai respiré et haletant j’aspire à toi ; j’ai goûté, et j’ai faim et j’ai soif ; tu m’as touché et je me suis enflammé pour ta paix.”

Ma réponse plut et alors, poursuivant le process de recrutement, je rencontrais enfin mon futur N+2, que tout le monde tutoie d’ailleurs dans la boîte bien qu’on l’appelle Dieu. Il a évoqué avec moi mon futur bonus annuel. Voilà ce qu’il m’a dit :

  1. « Croissance du CA : on est flat sur le denier du culte depuis plusieurs années, il vous faudra donc secouer mes fidèles ! Qu’ils comprennent que si on ne peut me servir et servir l’argent c’est bien pour qu’il se libère du second en ma faveur !
  2. Dynamique de développement : objectif de 200 baptêmes et 80 mariages par an, sur les enterrements vous êtes libres. Entrez bien vos prospects dans les registres paroissiaux, c’est important pour le reporting mensuel et les KPI qu’on consolide au niveau du 7ème ciel.
  3. Amélioration de l’échu : point très important, on a un paquet de mauvais payeurs, certains ne sont plus allés à confesse depuis plusieurs années. Votre objectif est de faire rentrer le maximum au confessionnal sinon on devra les mettre au contentieux qui est géré par l’avocat du Diable.
  4. Sécurité – identification et traitement des situations dangereuses : la priorité est de toujours porter ses EPI en clientèle : rangers aux pieds et goupillon à la main. Et n’oubliez pas de déclarer tous vos IPG (Inferno Provocatum Gravissimus, les provocations infernales gravissimes, bref les diableries !)
  5. Connaissance de la concurrence : bon, chez nous on préfère parler de dialogue interreligieux. Vous aurez la permission de rencontrer des rabbins, pasteurs et imams mais attention ! Eviter toutes les informations sensibles et relisez bien nos règles anti-cartel à ce sujet ! De toute façon vous devrez revalider le module chaque année.
  6. En conclusion, je tiens à vous rappeler que la clé de notre business est la satisfaction client ! Allez au boulot, et n’oubliez pas de me prier ! »

Donc comme vous pouvez le constatez, je ne serai pas complètement perdu et l’expérience client sera au coeur de ma future mission !

Je termine en évoquant les belles années passées parmi vous. Comme disait Saint-Exupéry par la bouche du renard du Petit Prince : “on ne voit bien qu’avec le coeur. L’essentiel est invisible pour les yeux.” Ainsi, peut-on être tenté en entreprise d’oublier que ses collègues, avant d’être chacun un maillon indispensable à l’entraînement vers la réussite d’un groupe international, que ces collègues sont individuellement des personnes dignes d’être aimées, dont il faut savoir accueillir les difficultés comme les tristesses d’un moment, et partager les joies et les réussites sans jalousie ni amertume. S’il y avait un mot, un seul petit mot que je voudrais vous laisser c’est celui de Bienveillance : bienveillance avec ses collègues, bienveillance avec ses collaborateurs, bienveillance avec son manager, bienveillance avec les RH. La bienveillance permet de ne pas attendre des autres ce que l’on n’exige pas de soi.

Pardon, pour une première homélie, j’ai été bien trop long, je conclus donc en poésie :

 

Comme Cyrano reprenant l’accent de Bergerac

Il est temps pour Marco de redevenir Marc.

 

Du Maroc, je rentrais gagner un maroquin,

Question ministère, je pars pour celui sans fin.

A l’Air Liquide, j’arrivais au sein de la DAF,

Je quitte ALFI devenir saint auprès du DAF*

Hier, nous étions collègues de galère,

Aujourd’hui, nous voici bien plus, nous voilà frères.

 

Quand vous contemplerez un coucher de soleil,

Dites vous que quelque part, ailleurs, il se lève ;

Que l’horizon n’existe que dans notre esprit,

Et que ce qui semble soudainement fini

Est l’annonciateur d’un renouveau, d’une joie,

Comme la Résurrection suit toujours la Croix.

 

Aurore, zénith, crépuscule ou bien nadir,

Qu’importe sa course, le soleil se doit de luire.

Ainsi mon amitié pour chacun d’entre vous,

Distance et temps n’en pourront pas venir à bout.

 

Merci à vous tous.

*diocèse aux armées françaises